Ramadan 2012 - première semaine

 

Pendant cette première semaine de ramadan, je veux me pencher un peu sur la deuxième sourate. D’après la tradition, elle peut être datée du début de la période médinoise, au lendemain du départ - l’hégire – de Muhammad de la Mecque vers Médine, pendant l’été de l’an 622.

A cette sourate on a donné le titre « al-Baqara », c’est-à-dire « La vache ». Ce titre fait référence au v. 67 où Moïse prescrit aux Juifs de sacrifier à Dieu une vache.

Il s’agit de la sourate la plus longue de tout le Coran (286 versets).

Dans cette sourate si longue on a, évidemment, une pluralité de thèmes. Mais au centre de cette composition, au verset 143 (143 sur un total de 286 versets !), le texte caractérise la jeune communauté musulmane comme une « communauté médiane », une communauté éloignée de tout extrémisme, une communauté qui sait respecter et apprécier d’autres communautés comme celle hébraïque, et leur adresser aussi l’invitation à une cohérence plus intense. Voici une petite section de

cette sourate:

40 Ô fils d’Israël, Rappelez-vous ma grâce dont je vous ai gratifiés.

Soyez fidèles à votre engagement envers moi, et je serai fidèle à mon

engagement envers vous.

Respectez-moi, profondément !

41 Croyez à ce que j’ai révélé confirmant ce que vous avez déjà reçu.

Ne soyez pas les premiers à ne pas y croire ; n’échangez pas mes

signes à vil prix.

Respectez-moi, profondément !

42 Ne dissimulez pas la vérité en la revêtant du mensonge.

Ne cachez pas la vérité, alors que vous savez.

43 Elevez la prière, donnez l’aumône épuratrice,

inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent (pour la prière).

44 Commanderez-vous aux humains la bonté, alors que, vous-mêmes, vous

l’oubliez ?

Et pourtant vous lisez le Livre ; ne comprenez-vous pas ?

45 Cherchez secours dans l’endurance et la prière :

certes, c’est vraiment pénible sauf pour les humbles,

46 car ils savent qu’ils rencontreront leur Seigneur et retourneront à

lui (Sourate 2).

 

D’après cette page, Dieu s’adresse aux fils d’Israël en leur rappelant ses bienfaits et l’engagement, l’alliance qu’il a conclue avec eux, alliance que la Bible hébraïque rappelle régulièrement. Après ce rappel, le verset 41 parle du Coran, le présentant comme « ce que j’ai révélé confirmant » le message biblique. Le même verset demande aux fils d’Israël de faire confiance aussi à ce message-confirmation qu’est le Coran.

Ensuite, dans les versets 43-44, les fils d’Israël sont invités à s’engager dans la prière et dans la solidarité, dans «la bonté» comme leur Livre l’exige. Enfin, dans les deux derniers versets, le Coran suggère deux ‘instruments’ pour être en mesure de s’engager : il s’agit de la prière et de l’endurance.

Bref : Bible et Coran sont deux messages qui vont dans la même direction ; ils invitent à une relation correcte envers Dieu et envers les hommes, le respect profond de Dieu et une attitude positive envers les hommes, la bonté. Et, pour parcourir ce chemin, les croyants et les croyantes ont besoin de l’aide de Dieu, la prière, et aussi d’un effort personnel : l’endurance.

Ce message du Coran, dans la complexité de ses exhortations, me rappelle une page de la Bible, précisément un petit texte de la lettre aux chrétiens de Rome (Rom 12,9-15). Ici Paul compose une exhortation qui a la forme d’un petit poème titrée «L’amour sincère». Presque toutes les caractéristiques sont composées de trois mots. J’essaie d’en respecter le rythme traduisant:

9 L’amour sincère :    détestant le mal,    attachés au bien,

10 affectionnés réciproquement dans la fraternité,    rivalisant d’estime réciproque,

11 d’un zèle sans hésitation,    fervents dans l’esprit,    servant le Seigneur,

12 réjouissants dans l’espérance,    endurants dans la tribulation, persévérants dans la prière,

13 solidaires des saints dans le besoin,    accueillants envers les étrangers, [14 …] 15 réjouissants avec (les) réjouissants,    pleurants avec (les) pleurants.

 

L’attachement au bien, la solidarité envers les plus démunis, l’importance de la prière et de l’endurance y sont exprimées d’une façon simple et admirable en même temps. Voilà les deux textes sur lesquels je veux réfléchir et sur lesquels je t’invite, mon ami, mon amie, pendant cette semaine.

 

A toi une accolade

 

Renzo

 

 

> scarica testo

 

> torna a "Verso il Ramadan"